Site de Stéphane Thomas

Retour sur la page d'accueil - acces genealogie Capétiens

lamballe
Marie-Thérèse de Savoie-Carignan princesse de Lamballe
par Antoine-François Callet

Marie-Thérèse de Savoie-Carignan est née le 08 septembre 1749 à Turin. Le duc de Penthièvre l'a choisie pour épouser son fils Louis-Alexandre de Bourbon prince de Lamballe, le mariage a lieu en 1767 mais très vite le prince reprend ses habitudes de libertin et décède en 1768 des suite d'une maladie vénérienne.

Elle reste auprès de son beau-père le duc de Penthièvre, puis après plusieurs rencontres devient l'amie de la dauphine Marie-Antoinette en 1771, en 1775 elle devient surintendante de la maison de la reine mais sera remplacée par madame de Polignac.

La princesse entre dans la franc-maçonnerie, en 1781 elle est nommée grande maîtresse de toutes les loges Ecossaises régulières de France

En 1789, elle suit la famille royale qui est ramenée à Paris et installée au palais des Tuileries. Elle quitte la France en 1791 pour l'Angleterre mais elle revient à Paris craignant pour la sécurité de la reine.

En 1792, le palais des Tuileries est envahit par la foule, la famille royale se réfugie à l'Assemblée Nationale, la déchéance de la famille royale est prononcée et on décide de les conduire au Temple. La princesse suit la famille royale au Temple mais dix jours plus tard elle est conduite à la prison de la Force.

Massacre de Septembre :

Les 2 et 3 septembre, la foule parisienne se précipite dans les prisons, la princesse est massacrée le 03 septembre, ses bourreaux violent son corps devant la foule puis décapitent la tête. Les cheveux sont poudrés et son visage est maquillé puis fiché au bout d'une pique puis promené sous les fenêtres de la reine au Temple. Comble de l'horreur un de ses meurtriers se promènera avec la toison pubienne de la princesse en guise de moustaches.


Mort de la princesse de Lamballe massacrée devant la porte de la prison de la Force à Paris le 3 septembre 1792
par Léon-Maxime Faivre

La tête de la princesse fut enterrée par les soins des émissaires envoyés par le duc de Penthièvre dans le cimetière des Enfants-Trouvés du faubourg Saint-Antoine. Le square Trousseau occupe son emplacement.